Quantcast

Balade sur les pentes de la montagne Sainte Geneviève

En 15 étapes, partez à la découverte de la partie la plus ancienne du Vème arrondissement, habitée depuis l’Antiquité, entre le square Saint-Julien, les thermes de Cluny, la Sorbonne, le Panthéon, place Maubert, rue de Bièvre…

carte5eme Carte de la balade dans le 5e arrondissement, de Paris.

1 – Square Saint-Julien

Ce square sans prétention au premier abord est une véritable porte d’entrée dans le Paris  du Moyen-âge. Outre la vue de trois-quarts magnifique qu’il offre sur Notre-Dame, ce square possède sur son sol le plus vieil arbre de Paris et la plus vieille église romane (Saint-Julien-le-Pauvre). Ce square est aussi le premier lieu d’enseignement universitaire de ce qui donnera plus tard, et un peu plus loin, la Sorbonne.

Quittez le square par son portillon de l’angle nord-ouest, et empruntez la rue de la Huchette. Après avoir traversé la rue du Petit-Pont, vous êtes au cœur de la partie du Quartier Latin que les touristes plébiscitent.

2 – Rue de la Huchette / rue de la Harpe / rue Saint-Séverin

Les quelques rues situées ici présentent la particularité de compter peut-être la plus grande densité de restaurants de toute la France. Toutes les cuisines du monde y proposées, de la plus franchouillarde à la plus exotique, ce qui n’est pas un gage de qualité. Le véritable intérêt de ce quartier réside dans son ancienneté. L’enchevêtrement de ces rues n’a pas été remanié par Haussmann et l’on peut ainsi découvrir la deuxième plus petite rue de Paris : “la rue du Chat qui pêche”.

Après avoir marché jusqu’au bout de la rue de la Huchette, puis tourné à gauche dans la rue de la Harpe puis encore à gauche dans la rue Saint-Séverin, prenez la première à droite pour pouvoir entrer dans l’église.

3 – L’église Saint-Séverin et son charnier

D’architecture gothique, Saint-Séverin dont l’édifice actuel remonte au XIIIème siècle pour ses parties les plus anciennes, est l’une des plus jolies églises de Paris. Elle est notamment connue pour sa colonne torse. Sur son côté se trouve le square Saint-Séverin qui est un ancien charnier du XVème siècle. Si vous parvenez à surmonter vos appréhensions, vous découvrirez des petites niches à voûtes gothiques tout à fait remarquables : ce sont les tombes de notables parisiens.

Continuez la rue des Prêtres Saint Séverin et son prolongement la rue Boutebrie, traversez le boulevard Saint-Germain et remontez-le en direction du boulevard Saint-Michel. Tournez à gauche, puis encore à gauche, rue du Sommerard : vous êtes en train de contourner les thermes de Cluny.

4 – Les thermes de Cluny

Avec les arènes de Lutèce, les thermes de Cluny sont la trace la plus importante du Paris de l’époque antique. Il s’agit bien sûr des établissements thermaux qui étaient utilisés par les habitants de Lutèce sous la domination romaine. Relativement bien conservés selon les spécialistes, il faut de l’imagination aux néophytes pour se figurer à quoi ils ressemblaient du temps de leurs splendeurs. Aujourd’hui, ils impressionnent surtout par leur taille.

Continuez encore de quelques mètres la rue du Sommerard, vous découvrez le Musée national du Moyen-Âge.

5 – Le Musée national du Moyen-Âge

L’Hôtel des abbés de Cluny, car tel est son nom exact, est l’un des bâtiments les plus dépaysants de Paris. Le visiteur non préparé à l’apercevoir se croit subitement transporter à des kilomètres de la capitale sur une petite route de campagne tant la présence de cet hôtel particulier d’architecture médiévale parfaitement conservée étonne. N’hésitez pas à le visiter : il regorge de merveilles du Moyen-Âge.

Descendez de quelques mètres en empruntant la rue de la Sorbonne et, vous l’aurez compris, l’immense bâtiment que vous avez devant vous, c’est la Sorbonne.

6 – La Sorbonne

Ne vous laissez pas trompé par l’architecture académique et néo-classique du bâtiment qui date du XIXème siècle, l’université de la Sorbonne existe ici depuis plus de huit siècles. Elle est d’ailleurs considérée comme la plus ancienne d’Europe. Elle doit son nom à un certain abbé de Sorbon qui enseignait à ses étudiants en plein air, sur une petite butte.

Prenez sur votre droite la rue des Ecoles, presque tout de suite après avoir traversé la rue Saint-Jacques, vous passez devant le collège de France.

7 – Le collège de France

Vous connaissez de nom le collège de France, mais savez-vous qu’il a été fondé en 1529 par François Ier pour dispenser des enseignements non encore admis par l’Université ? Aujourd’hui ses cours sont ouverts à tous, gratuitement et dispensés par des professeurs nommés par le Président de la République.
Juste à côté, rue de Beauvais, se trouvait le collège de Dormans-Beauvais où le véritable Cyrano de Bergerac fit ses études avant de devenir mousquetaire à 19 ans.

Prenez sur la droite de la rue des écoles, la rue Jean de Beauvais en montant sa pente puis prenez la rue Lanneau puis tout de suite à droite la rue Vallette. Dans votre perspective, la silhouette massive du Panthéon.

8 – Le Panthéon

On sait que le Panthéon est le mausolée républicain de “la Patrie reconnaissante à ses grands hommes”. On ignore parfois qu’il était autrefois une église : Sainte-Geneviève construite par Louis XIV après que l’un de ses vœux de guérison a été exaucé. Au centre du monument se trouve l’immense pendule de Foucault. Ne manquez pas si vous le pouvez de monter sur son toit : la vue à 360° sur Paris est extraordinaire.

Faites le tour de la place du Panthéon, derrière lui, vous découvrez un grand et vieux bâtiment : c’est le lycée Henri IV.

9 – Le lycée Henri IV

Il est l’un des plus anciens lycées de France, il jouit aussi d’une réputation très élitiste tout comme son voisin et concurrent le lycée Louis le Grand situé à quelques dizaine de mètres de l’autre côté du Panthéon. Si la porte du lycée est ouverte : vous pourrez profiter du calme de son cloître datant de 1744 d’où vous pourrez admirer les restes du cloître gothique.

Juste en face du lycée Henri IV se trouve l’église Saint-Étienne du Mont.

10 – L’église Saint-Étienne du Mont

Commencé à la fin du XVème siècle, l’église Saint-Etienne fut achevée sous le régne de Louis XIII. Elle mérite d’être visitée pour sa seule architecture mais elle recèle en son sein une merveille d’une rareté exceptionnelle : le dernier jubé traversant la nef de Paris. Un jubé servait à lire les évangiles avant l’apparition des chaires. Celui-ci a été construit en 1541.

Commencez à descendre la rue de La Montagne Sainte Geneviève, puis tournez immédiatement à droite dans la rue de Saint-Etienne-du-Mont (vous pourrez admirer la façade nord de l’église) puis tournez à gauche rue Descartes. Sur le trottoir de droite, vous longez un jardin : c’est celui de l’ancienne école Polytechnique.

11 – L’ancienne école Polytechnique

Aujourd’hui partie du Ministère de la recherche, les grands bâtiments dans lesquels les jardins desquels vous pouvez pénétrer librement sont l’ancienne école polytechnique, créée par Napoléon au tout début du XIXème siècle.

Continuez de descendre la rue de la Montagne Sainte Geneviève jusqu’à son terme, vous vous trouvez alors sur la place Maubert.

12 – La place Maubert

Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer que la place Maubert fut l’un des lieux de vie et de mort les plus importants du Moyen-Âge, elle a été défigurée à la fin du XIXème siècle, mais elle fut en fait le premier lieu d’enseignement avant même la Sorbonne. Lorsqu’elle fut supplantée par la Sorbonne, elle devient un lieu d’exécution publique où de nombreux Protestants furent brûlés vifs. Elle fut aussi au XIXème l’un des hauts lieux de la communauté juive parisienne.

Quittez la place Maubert en suivant le boulevard Saint Germain dans le sens de circulation puis tournez tout de suite à gauche dans la célèbre rue de Bièvre.

13 – La rue de Bièvre

La rue de Bièvre est connue pour deux raisons principales. Tout d’abord parce qu’elle suit un très ancien bras de la Bièvre, la seule rivière qui se jetait dans la Seine à l’intérieur de Paris, jusqu’à ce qu’elle soit recouverte sur tout son parcours. Elle est aussi connue pour avoir été la rue de résidence de François Mitterrand durant des années et d’être encore aujourd’hui celle de sa famille. Au milieu de la rue de Bièvre sur la droite en la descendant, vous aurez la surprise de découvrir un petit square qui n’est même pas représenté sur les plans de Paris : c’est donc l’un des plus calmes.

Au bout de la rue de Bièvre, vous débouchez sur les quais. La vue sur l’arrière de Notre-Dame est agréable mais tournez tout de suite à gauche puis encore à gauche pour vous enfoncer dans la rue du Maître Albert.

14 – La rue du Maître Albert

Cette rue en angle est méconnue parce qu’elle n’est presque pas empruntée par les voitures, c’est pourtant l’une des plus jolies. Les maisons qui la bordent ont plutôt bien conservées leurs allures originelles et quand vous l’arpentez, il vous semble avoir glissé doucement dans une autre époque.

Au bout de la rue du Maître Albert, vous êtes de nouveau sur la place Maubert. Tournez immédiatement à droite dans la rue Frédéric Sauton. Vous êtes de nouveau dans l’un des quartiers les plus anciens et les mieux préservés de la capitale.

15 – Impasse Maubert, Hôtel Colbert et rue de la Bûcherie

Beaucoup moins connues que ses voisines du quartier Saint-Michel, les quelques rues situées entre les quais et la place Maubert (impasse Maubert, rue du Haut Pavé, rue des Grands Degrés ou encore rue de l’Hôtel Colbert et rue de la Bûcherie) donnent à entrevoir le Paris du Moyen-Âge. Comme son nom l’indique, la rue de l’Hôtel Colbert est celle où habitait le fameux ministre. Au 15 de la rue de la Bûcherie, vous pourrez aussi voir une ancienne église, qui servit aussi de collège et qui aujourd’hui est propriétée de la mairie de Paris.

En continuant la rue de la Bûcherie un peu plus loin, vous retrouvez le square Saint-Julien le Pauvre à partir duquel vous aviez commencé votre promenade

Be Sociable, Share!

Leave a reply